23-07-19

Q&R – Porter un short au travail : jamais, toujours ou parfois sûr ?

C’est une question fréquemment posée alors que le mercure s’envole. Le short sur le lieu de travail est-il autorisé ? Si travailler les jambes dénudées s’avère plus confortable par temps chaud, est-ce également sûr ? Quand un pantalon long est-il obligatoire et qui est responsable lorsque la situation tourne mal ?

Même lorsque les températures montent en flèche, la sécurité de vos collaborateurs passe avant tout. Les règles en matière de sécurité, de santé et d’hygiène ne peuvent en aucun cas être négligées. Elles diffèrent toutefois selon la fonction qu’exerce votre collaborateur. Ainsi, les collaborateurs qui travaillent les jambes dénudées dans certains secteurs courent plus de risques que les autres. Nous pensons ici aux éboueurs, aux soudeurs ou aux ouvriers du bâtiment.

Quand le port d’un pantalon long est-il toujours obligatoire ?

Dans certains secteurs, le pantalon long est un équipement de protection individuelle (EPI). C’est le cas dans les secteurs de l’horeca, des soins de santé et de la construction. Les règles (vestimentaires) légales doivent alors être respectées et le port d’un short est tout simplement exclu.

Quand le port d’un pantalon long est-il parfois obligatoire ?

En tant qu’employeur dans un secteur autre que l’horeca, les soins de santé ou la construction, vous déterminez vous-même les risques qui justifient l’utilisation d’un EPI. Cette réflexion repose sur une analyse des risques.

Vous prenez ensuite des mesures de prévention afin que vos employés puissent travailler dans des conditions idéales. Dans ce contexte, vous vous efforcez de :

  • prévenir les risques
  • évaluer les risques que vous ne pouvez pas prévenir
  • lutter contre les risques à la source
  • remplacer les situations dangereuses par des alternatives moins dangereuses
  • limiter le risque de blessure grave en prenant des mesures matérielle

Comment évaluer les risques ?

En cas de températures estivales, travailler en short et/ou découvrir le haut du corps semble à première vue (plus) confortable, mais cela peut augmenter les risques pour la santé de vos employés. Une éventuelle autorisation du port du short dépend donc des risques professionnels. Dans le cadre de cette évaluation, vous devez tenir compte :

  • de l’exposition à des agents chimiques, biologiques et cancérigènes
  • de l’utilisation ou du travail à proximité de matériaux à haute température
  • du travail dans un environnement chaud (p. ex. fours, chantier extérieur ou lieux sans climatisation)
  • de la proximité avec du matériel tranchant ou des substances incandescentes

Si l’un de ces risques existe, vous devez évaluer si le port d’un short peut entraîner une blessure (grave) en cas d’accident du travail :

  • le risque de blessure n’augmente pas ?
    Dans ce cas, vous pouvez autoriser le port du short.
  • le risque de blessure augmente ?
    Dans ce cas, vous devez interdire le port du short. Le pantalon long devient alors un EPI et protège vos employés notamment contre le rayonnement solaire, la chaleur, les coupures et les éraflures ou les éclaboussures de produits chimiques.

    Vous pouvez toutefois éventuellement fournir des vêtements de travail différents pendant les mois d’été. Un pantalon en coton est par exemple moins épais, plus léger et plus respirant. Du moment que la sécurité prime le confort.

Qui est responsable en cas d’accident du travail lié au port d’un short ?

Le port de vêtements de protection était requis, mais vous avez fermé les yeux en tant qu’employeur ? Vous êtes alors responsable de la blessure qui aurait pu être évitée si votre collaborateur avait porté les vêtements adéquats. Ce n’est pas le cas si votre employé a lui-même ignoré les règles vestimentaires imposées.

Evitez les accidents du travail grâce à une politique de prévention efficace

Un accident du travail est vite arrivé, mais il vaut évidemment mieux prévenir que guérir. Mensura vous guide. Découvrez notre approche ou lisez tous les blogs sur la sécurité au travail.

Vous souhaitez plus d'informations ? Nous sommes à votre disposition.

+32 2 549 71 00Envoyez-nous un e-mail