L’un de vos travailleurs a été contaminé au coronavirus ou présente des symptômes grippaux ? Voici comment réagir

Le nombre de cas de coronavirus augmente dans notre pays alors que la capacité de dépistage des laboratoires est limitée. Il sera dès lors impossible de tester toutes les personnes présentant des symptômes. Il ne sera bientôt plus possible de distinguer systématiquement les infections au coronavirus des infections causées par le virus influenza ou d’autres infections des voies respiratoires à l’origine de ces symptômes grippaux. Comment les organisations peuvent-elles faire face à cette situation ?

Quelles instructions devez-vous donner à un travailleur qui tombe malade à domicile ?

Les travailleurs qui tombent malades à domicile et qui présentent des symptômes grippaux (combinaison de troubles tels que fièvre, toux, essoufflement, nez qui coule, maux de gorge, maux de tête, douleurs musculaires, fatigue, et cetera) doivent téléphoner à leur médecin généraliste. Ces travailleurs ne peuvent plus se rendre au travail et devront le plus souvent être placés en quarantaine chez eux. Les quelques personnes plus gravement malades seront quant à elles hospitalisées.

Qu’en est-il des travailleurs qui tombent malades au travail ?

Si le travailleur est capable de se déplacer seul, demandez-lui de rentrer chez lui et de contacter son médecin traitant. Ce trajet ne sera idéalement pas effectué en transports en commun. S’il ne peut pas faire autrement, demandez-lui de suivre à la lettre les recommandations classiques en matière d’éternuement et de toux pendant le transport. Avant de partir, rappelez-lui de se laver les mains.

Que faire si un travailleur malade n’a plus la force de rentrer seul chez lui ?

La procédure à suivre dépend dans ce cas de son état de santé. Si la personne a l’air gravement malade et que son état de santé se dégrade rapidement, vous pouvez faire appel aux services d’aide médicale urgente. Ils se chargeront de transporter le travailleur malade vers un hôpital.

Pour un travailleur moins gravement atteint, mais que vous ne souhaitez pas laisser repartir seul chez lui, une solution peut être trouvée avec la famille et le médecin traitant. Les employeurs peuvent, en concertation avec leur conseiller en prévention interne ou leur service pour la prévention et la protection au travail, et compte tenu des recommandations susmentionnées, établir une procédure pour organiser eux-mêmes le transport des travailleurs qui tombent malades au travail jusqu’à leur domicile.

Comment éviter en tant qu’employeur qu’un travailleur malade au travail contamine ses collègues ?

1/ Prévoyez le cas échéant un local dans lequel la personne malade pourra attendre son transport. N’utilisez pas le local de premiers soins.

2/ Si vous disposez de masques chirurgicaux au travail, demandez au travailleur malade d’en mettre un après s’être lavé ou désinfecté les mains. S’il n’y a pas de masques disponibles, la bouche et le nez peuvent également être couverts à l’aide d’un tissu ou d’un foulard.

3/ Demandez au travailleur malade de respecter les recommandations classiques en matière d’éternuement et de toux et de se laver les mains avant le transport.

4/ La désinfection des surfaces (bureau, poignées de porte, appareils utilisés, et cetera) avec lesquelles le travailleur malade a été en contact est vivement recommandée. Le coronavirus est neutralisé par tous les désinfectants couramment utilisés.

Que faire avec les personnes qui ont été en contact avec le collègue malade ?

Les personnes au travail qui ont été en contact avec un collègue tombé malade entre-temps peuvent continuer à travailler tant qu’elles ne montrent pas de symptômes. Ce principe s’applique également si ces personnes ont été en contact étroit avec le collègue malade. Elles doivent prendre leur température deux fois par jour, appliquer toutes les mesures d’hygiène recommandées (notamment une hygiène stricte des mains) et contacter leur médecin traitant dès l’apparition de symptômes. Il leur est également demandé de tenir leur employeur au courant de leur situation.

Quelle procédure devez-vous suivre pour les groupes à risque, les femmes enceintes et/ou les personnes de moins de 18 ans ?

On sait aujourd’hui que les jeunes contaminés par le coronavirus tombent moins souvent malades que les adultes et qu’ils peuvent transmettre le virus sans être malades. Il importe donc que les personnes âgées de moins de 18 ans qui ont été en contact avec un cas avéré ou un cas probable de coronavirus (un cas probable = personnes ayant été en contact avec un malade avéré) soient placées en quarantaine chez elles. Durant cette période de quarantaine qui dure 14 jours à compter du premier contact, ces jeunes doivent limiter autant que possible les contacts sociaux.

Les adultes malades et les personnes âgées de moins de 18 ans qui ont été en contact avec un cas probable ou avéré de coronavirus doivent absolument éviter tout contact avec les groupes à risque (personnes de plus de 65 ans, malades chroniques, personnes dont les défenses immunitaires sont affaiblies) et les femmes enceintes. Il est préférable de demander à ces personnes d’éviter provisoirement de se rendre dans des centres où résident des groupes à risque (comme par exemple les centres d’hébergement et de soins).

A mesure que le virus se répand, il est de plus en plus important de protéger, de manière générale, les groupes à risque du mieux possible. Diverses recommandations existent pour les groupes à risque : appliquer une hygiène stricte des mains, éviter absolument tout contact avec des personnes malades, s’abstenir de participer à des événements (de masse), favoriser autant que possible le télétravail, éviter les transports en commun, et cetera.

Remarque : Des procédures spécifiques s'appliquent aux employés travaillant dans ou en contact avec le secteur de la santé.  Vous retrouverez ces procédures sur le site de Sciensano.

Ce texte a été rédigé le 8 mars 2020, sur la base des contacts téléphoniques avec l’agence flamande Soins et Santé.

Pour de plus amples informations concernant le coronavirus et les précautions à prendre, consultez notre Q&R ou notre article de blog.