Top 10 des maladies professionnelles les plus fréquentes en Belgique

04-04-19

La maladie professionnelle la plus fréquente en Belgique est la tendinite, une inflammation du tendon. C’est ce que révèle le rapport de synthèse annuel de Fedris, l’Agence fédérale des risques professionnels. Les lésions nerveuses et les douleurs lombaires sont également des plaintes fréquentes.

Lorsqu’un travailleur tombe malade à cause des tâches qu’il exécute ou de facteurs environnementaux sur son lieu de travail, on parle de « maladie professionnelle ». Le nombre de demandes de reconnaissance d’une maladie professionnelle demeure stable depuis des années. En 2017, 9 087 Belges ont introduit une demande, soit une légère baisse par rapport à 2016.

Le top 10 des maladies professionnelles les plus fréquentes demeure également en grande partie inchangé.  

Ces maladies professionnelles forment le top 10

1. Tendinite
La tendinite est à l’origine de 32 % des demandes. Fréquente, la cause en est une surcharge. Des mouvements puissants et répétitifs ou une mauvaise posture sont fautifs. A terme, une tendinite peut entraîner une perte de force musculaire ou une moins bonne mobilité des bras ou des jambes.

2. Atteinte de la fonction nerveuse due à la pression
En cas de mouvement intensif, la pression sur les nerfs augmente. Si cette pression persiste, il y a un risque de surcharge, voire de lésion nerveuse. Le syndrome du canal carpien, où l’atteinte concerne le nerf du poignet, est un exemple connu. Les patients ressentent des picotements dans les doigts et éprouvent des difficultés à tenir des objets.

3. Sciatique, hernie et arthrose dues à la manutention ou à des vibrations mécaniques
Des douleurs lombaires peuvent également être la conséquence de différentes affections : sciatique (douleur nerveuse), hernie (usure ou déchirure d’un disque intervertébral) et arthrose (usure du cartilage). Les techniques et postures de manutention adéquates mettent un terme aux douleurs lombaires.

4. Affections des os et des articulations
Les douleurs osseuses et articulaires désignent collectivement les affections qui entraînent des raideurs musculaires et articulaires. Souvent, une surcharge est en cause. Les plaintes ne surviennent pas seulement dans un environnement de production. Lors de travail sur écran, certaines articulations, comme le poignet ou le coude, sont également mises à rude épreuve.

5. Hypoacousie ou surdité dues au bruit
La surdité due au bruit peut également entraîner une baisse de concentration, du stress ou un risque accru d'accidents du travail. La capacité des collaborateurs à percevoir des signaux d'alarme est en effet moindre. En tant qu’employeur, vous pouvez prendre différentes mesures pour prévenir les lésions auditives.

6. Dermatites et dermatoses dues à l’environnement de travail
En moyenne, 1 collaborateur belge sur 2 entre en contact avec des substances chimiques. En cas d’exposition prolongée ou de réaction allergique, des affections cutanées comme des dermatites et des dermatoses peuvent survenir. La réaction inflammatoire provoque rougeurs et démangeaisons. Avec une analyse de risques, des mesures et des formations, vous limitez l’exposition aux substances (chimiques).

7. Affections des os et des articulations des membres supérieurs dues à des vibrations mécaniques
Des outils électriques comme un marteau-piqueur ou un marteau pneumatique transmettent, via les poignées, des vibrations aux mains, aux poignets, aux coudes et aux épaules. A terme, ces vibrations peuvent entraîner des problèmes nerveux et musculaires, voire, dans certains cas, des lésions osseuses et articulaires.

8. Mésothéliome dû à l'amiante
Plus de 85 % des mésothéliomes (plus connus sous le nom de « cancers de la plèvre ») sont dus à l’inspiration de fibres d'amiante. Grâce à un inventaire d'amiante et à une formation correspondante, vous limitez les risques à un minimum.

9. Tuberculose chez les professions impliquant un contact social
La tuberculose – en abrégé « tbc » – est une maladie infectieuse contagieuse qui affecte les poumons. Ce sont surtout les prestataires de soins qui courent le risque d'attraper la tbc. Toutes les personnes contaminées ne tombent pas malades. Jusqu’à 90 % d’entre elles parviennent à vaincre l’infection par leurs propres moyens.

10. Affections bénignes de la plèvre dues à l'amiante
Toutes les affections liées à l’amiante n’engagent pas le pronostic vital. Ainsi, après une exposition (modérée), des épaississements de la plèvre peuvent survenir tout en ne causant presque jamais de plaintes. Les personnes présentant un tel épaississement risquent autant de souffrir d'autres maladies liées à l'amiante que celles entrées en contact dans la même mesure avec de l’amiante.

Source : Fedris

Un mouvement de rattrapage

« Depuis 2012, la tendinite est une maladie professionnelle reconnue par Fedris. La forte augmentation des demandes de ces dernières années est la conséquence d’un mouvement de rattrapage », explique Marie-Noëlle Schmickler, directrice de la Surveillance médicale. « Le fait que les affections liées à l’amiante soient toujours en augmentation s’explique par les effets tardifs de l'amiante dans l’organisme. Les cancers dus à l’amiante ne surviennent que 20 à 30 ans après l’exposition. En raison de ce temps de latence particulièrement long, un pic du nombre de diagnostics est attendu en 2020. »

Un mouvement de rattrapage

Autre constatation étonnante : quatre maladies professionnelles entraînent des plaintes ergonomiques. Gerrit Pollentier, conseiller en prévention ergonomie : « De nombreux employeurs prennent déjà des mesures pour limiter la charge physique au travail. Mais une charge trop monotone de notre organisme est encore souvent fautive. En plus d'éviter une surutilisation, de l'attention doit également être consacrée au déséquilibre et à un manque de travail. En cas de travail sur écran, une position assise pendant une période prolongée constitue par exemple un risque pour la santé.

Un poste et un environnement de travail bien pensés sur le plan ergonomique ne permettent pas seulement de limiter les contraintes physiques. L’environnement déclenche également spontanément une alternance saine entre postures et mouvements. »

Protégez vos collaborateurs contre les maladies professionnelles

Une analyse de risques permet d’identifier les dangers potentiels sur le lieu de travail. Grâce à une approche préventive, vous mettez un terme à ces risques. Vous découvrirez sur notre blog de nombreux conseils pour assurer la sécurité de vos travailleurs

Des questions ? Contactez-nous par téléphone au +32 2 549 71 00 ou par e-mail.

Vous souhaitez plus d'informations ? Nous sommes à votre disposition.

+32 2 549 71 00Envoyez-nous un e-mail