A vélo au travail en toute sécurité : quelles sont vos responsabilités en tant qu’employeur ?

Les déplacements à vélo (pour se rendre) au travail séduisent de plus en plus de monde. En tant qu’employeur, il n’est pas toujours évident de garantir la sécurité des travailleurs à vélo, qui dépendra en effet en grande partie du comportement au guidon et du respect du Code de la route. Vous pouvez toutefois y contribuer en prenant l’une ou l’autre mesure préventive.

Bon pour la santé et pour l’environnement

Rien d’étonnant à ce que le vélo gagne en popularité : pédaler fait un bien fou à notre santé physique et mentale. Le vélo aurait aussi un impact positif sur l’absentéisme et s’inscrit parfaitement dans la vision de la durabilité. Vous l’aurez compris, les avantages sont nombreux tant pour le travailleur que pour l’employeur. Mais quelles sont précisément vos responsabilités quand vos travailleurs se décident à monter en selle ?

Depuis et vers le travail

Les travailleurs qui ne se trouvent pas dans les locaux de l’entreprise en dehors des heures de travail ne sont pas sous la responsabilité de la hiérarchie. En ce qui concerne les conditions de circulation, l’employeur n’exerce que peu ou pas du tout d’influence et doit laisser ses travailleurs se discipliner eux-mêmes pour éviter les accidents. Sensibiliser ces derniers à adopter un comportement prudent à vélo sera cependant toujours une bonne idée.

Notez également que si des travailleurs prennent un vélo en leasing par votre intermédiaire, vous êtes responsable de l’entretien du vélo et devez fournir les équipements de protection requis.
 

Pendant les heures de travail

Si certains de vos travailleurs empruntent le vélo dans le cadre de leur fonction, celui-ci devient un équipement de travail. Il en va de même lorsque vous autorisez des travailleurs à utiliser leur propre vélo pour des déplacements professionnels. Ces trajets s’effectuant pendant les heures de travail, vous devez prendre les précautions nécessaires pour éviter les risques. Voici trois mesures à considérer en priorité :

  1. Etat et entretien
    En 2019, quelque 40 000 travailleurs belges se déplaçaient sur un vélo de société en leasing. Ce chiffre ne cesse d’augmenter chaque année. Et il faut encore y ajouter le nombre de cyclistes qui roulent sur leur propre vélo ! Pour garantir la sécurité de tous ces usagers, le point de départ sera toujours l’entretien du vélo. En tant qu’employeur, vous êtes tenu de procéder aux contrôles requis, afin que vos collaborateurs puissent à tout moment utiliser leur deux-roues en toute sécurité.

    La fréquence, le lieu et la personne chargée des entretiens feront l’objet de décisions internes, consignées dans une procédure spécifique.
     
  2.  Fourniture de casques et d’autres équipements de sécurité
    En Belgique, 68 % des cyclistes ne portent jamais de casque. Seuls les Pays-Bas et la Hongrie font pire. Le port du casque n’est certes pas obligatoire, mais en cas d’incident, il peut faire la différence entre la vie et la mort. Selon l’institut belge pour la sécurité routière Vias, un casque réduit de 60 % le risque de blessure grave à la tête en cas d’accident. Pourquoi ne pas mettre un casque de vélo à la disposition de vos travailleurs ?

    Il est en outre déductible d’impôt à 120 %. Cela vaut aussi pour d’autres équipements de sécurité, tels que les gilets fluorescents, réflecteurs et phares de vélo. Outre la protection contre les chutes, il est en effet essentiel d’assurer une visibilité suffisante pour que les déplacements entre le domicile et le lieu de travail se fassent en toute sécurité.
     
  3. Formations
    Les travailleurs optent de plus en plus souvent pour des modèles électriques, car ils sont plus rapides et permettent donc de gagner du temps. Un speed pedelec, par exemple, peut atteindre une vitesse de 45 km/h. Par conséquent, les blessures subies lors d’un accident sont souvent plus graves qu’auparavant. Une étude révèle en outre que les accidents à vélo sont généralement dus au comportement du cycliste.

    Nous vous conseillons donc de réserver une partie de votre budget aux formations, afin que vos travailleurs soient bien préparés à se déplacer avec leur vélo (électrique) de leasing. La Vlaamse Stichting Verkeerskunde (VSV) organise des formations en entreprise pour sensibiliser les cyclistes au Code de la route et à la sécurité à vélo. Depuis quelques années, elle propose même une formation spécifique pour les utilisateurs de speed pedelec.
     

Et la trottinette électrique ?

D’après la loi, la trottinette électrique n’est pas un moyen de transport, mais un « engin de déplacement », soit une catégorie soumise à d’autres règles.

L’employeur n’est par exemple pas tenu de verser une indemnité vélo aux travailleurs se rendant au travail à trottinette. Fournir des équipements de protection et prévoir des formations ne sera cependant pas du luxe. Sans être obligatoire, le port du casque peut éviter de fâcheuses conséquences en cas de chute. N’oubliez pas non plus que sur la route, sécurité et visibilité vont de pair : distribuez des gilets fluorescents à vos travailleurs.

Par souci de prévention, l’institut Vias a publié une liste de 10 recommandations pour les utilisateurs de trottinette.

Mettez l’accent sur la sécurité des déplacements domicile-travail

Faites confiance à nos experts pour élaborer une politique de santé efficace qui mise sur la sécurité et la forme des travailleurs. Vous cherchez d’autres idées, de l’inspiration ou des conseils pour que vos collaborateurs restent en bonne santé ? Abonnez-vous à notre bulletin d’information.